References of "Regibeau, Julien"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
Peer Reviewed
See detailLa légation des Pays-Bas et de la Franche-Comté en cour de Rome sous Philippe II (1573-1598). Entre limites institutionnelles et efficacité pragmatique
Regibeau, Julien ULiege

in Forum Romanum Belgicum (in press)

Dans le dernier quart du XVIe siècle, Philippe II d’Espagne est à la tête de l’ensemble territorial le plus puissant d’Europe. Fils préféré de l’Église romaine et souverain reconnu d’une grande partie de ... [more ▼]

Dans le dernier quart du XVIe siècle, Philippe II d’Espagne est à la tête de l’ensemble territorial le plus puissant d’Europe. Fils préféré de l’Église romaine et souverain reconnu d’une grande partie de l’Italie, il exerce une influence considérable sur la papauté à travers l’action de son ambassadeur espagnol résidant près le Saint-Siège. Ce dernier a pour tâche d’étendre le réseau des alliés au sein de la Curie. Il chapeaute aussi les différents services diplomatiques et ecclésiastiques des États de la monarchie présents dans la cité des papes . Si elle conserve une certaine autonomie, la légation des Pays-Bas et de la Franche-Comté près le Saint-Siège – conduite par l’agent Laurent du Blioul de 1573 à 1598 – est également soumise à la volonté de cet envoyé. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si l’étude de la légation à l’époque du règne de Philippe II a peu passionné les historiens . Effacée derrière la puissance de l’ambassadeur espagnol, celle-ci semble être un piètre avatar des services ecclésiastiques et diplomatiques dépêchés à Rome par les ducs de Bourgogne , Philippe le Beau ou les archiducs Albert et Isabelle . Or, si, aux temps de Laurent du Blioul, la légation, considérée en tant qu’actrice isolée dans le paysage romain, joue un rôle modeste qui se cantonne au suivi des affaires ecclésiastiques provenant des Pays-Bas et de la Franche-Comté, il faut envisager qu’elle fait partie intégrante d’une toile religieuse, diplomatique, sociale et politique plus vaste tissée à Rome par le roi Philippe II et ses agents. Dépassant les seuls intérêts des Pays-Bas, l’étude de cette institution conduit à appréhender tout un pan de la stratégie politique habsbourgeoise. L’imbrication de la légation dans le théâtre diplomatique espagnol à Rome a deux facettes : si, d’une part, elle limite les prérogatives institutionnelles de l’agent du Blioul, d’autre part, elle favorise régulièrement l’efficacité de son action. [less ▲]

Detailed reference viewed: 23 (5 ULiège)
Full Text
See detailVers l’absolution de Charles IV de Lorraine (1645) : enjeux et ressources d’une stratégie diplomatique du Saint-Siège
Regibeau, Julien ULiege

in Dixième Congrès de l’Association des cercles francophones d’histoire et d’archéologie de Belgique, Arlon, août 2016 (in press)

Detailed reference viewed: 42 (6 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailCompte-rendu de l'ouvrage de J. van der Steen: Memory Wars in the Low Countries, 1566-1700
Regibeau, Julien ULiege

in Émulations. Revue des jeunes chercheuses et chercheurs en sciences sociales (2017)

Detailed reference viewed: 33 (3 ULiège)
See detailConclusions du colloque
Regibeau, Julien ULiege; Genin, Vincent ULiege

Scientific conference (2017, February 10)

Detailed reference viewed: 25 (1 ULiège)
Full Text
See detailLa légation des Pays-Bas espagnols en cour de Rome au temps de l’agent Laurent du Blioul (1573-1598). Une légation au cœur des réseaux diplomatiques et politiques de la monarchie de Philippe II de Habsbourg
Regibeau, Julien ULiege

in Xhayet, Geneviève (Ed.) Neuvième congrès de l'Association des Cercles francophones d'Histoire et d'Archéologie de Belgique et LVIe congrès de la Fédération des Cercles d'Archéologie et d'Histoire de Belgique. Congrès de Liège, 23-26 août 2012 (2017)

Detailed reference viewed: 33 (12 ULiège)
See detailRencontre en présence de l’auteur autour du livre de MARTINEZ-GROS G., Fascination du djihâd. Fureurs islamistes et défaite de la paix
Regibeau, Julien ULiege; Attiya, Radouane ULiege; Martinez-Gros, Gabriel

Conference given outside the academic context (2016)

Detailed reference viewed: 37 (4 ULiège)
Full Text
See detailLa légation des Pays-Bas en cour de Rome au temps de l’agent Laurent du Blioul (1573-1598): Une légation au cœur des réseaux de la monarchie de Philippe II
Regibeau, Julien ULiege

in Actes du neuvième congrès de l'Association des Cercles francophones d'Histoire et d'Archéologie de Belgique (2016, August)

Detailed reference viewed: 56 (26 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailDu Blioul (Laurent): 1454 ou 1455-1542
Regibeau, Julien ULiege

in Nouvelle biographie nationale. 13 (2016)

Detailed reference viewed: 57 (9 ULiège)
See detailEntre Rome, Bruxelles et l’Espagne. Une légation au service de la Monarchie de Philippe II
Regibeau, Julien ULiege

Conference (2016, May 26)

La légation des Pays-Bas espagnols et de la Franche-Comté près le Saint-Siège au temps de l’agent Laurent du Blioul (1573-1598) n’a jamais véritablement rencontré l’intérêt des historiens. Cela est ... [more ▼]

La légation des Pays-Bas espagnols et de la Franche-Comté près le Saint-Siège au temps de l’agent Laurent du Blioul (1573-1598) n’a jamais véritablement rencontré l’intérêt des historiens. Cela est certainement dû à son manque d’envergure apparent. En effet, elle est, à cette époque, soumise à l’ambassadeur espagnol de Philippe II à Rome et la marge de manœuvre de son agent semble réduite au suivi technique des affaires ecclésiastiques des pays de par-deçà et de par-delà défendues devant la Curie. Une analyse sociopolitique de l’institution permet cependant de nuancer le propos. En dégageant la place que la légation occuperait au sein des puissants réseaux de pouvoir romains de la Monarchie, on constate en effet que celle-ci est loin d’être marginalisée. Au contraire, à travers l’action de son agent, elle est capable d’utiliser mais aussi d’entretenir et d’accroitre l’influence que la royauté exerce sur la ville. Sachant employer efficacement les nombreuses ressources exogènes qu’elle a à sa disposition, l’institution n’apparait alors plus comme le reflet d’une décadence diplomatique des Pays-Bas qui découlerait de l’éclatement et de l’enlisement de la Révolte. Au contraire, elle trouve sa place dans une certaine logique d’incorporation inhérente à la monarchie de Philippe II. Après quelques considérations autour des missions de la légation, cette communication se concentrera avant tout sur le rôle de son agent, Laurent du Blioul. Membre d’une dynastie de gens de robe au service de la maison d’Autriche depuis la fin du XVe siècle, il conserve un souvenir vivace de ces liens, vecteurs de prestige et d’ascension sociale. Nous montrerons en quoi ce service implique des liens d’obligations réciproques entre les du Blioul et leur souverain. [less ▲]

Detailed reference viewed: 21 (2 ULiège)
See detailIntroduction de la journée "Penser les Temps Modernes avec les Digital Humanities. Analyse de données et communication de la recherche"
Simon, Nicolas; Cambrelin, Thomas; Regibeau, Julien ULiege

Conference (2016, May 13)

Detailed reference viewed: 29 (1 ULiège)
See detailConclusions du séminaire
Francois, Jeromine ULiege; Regibeau, Julien ULiege

Conference (2016, May 04)

Detailed reference viewed: 24 (3 ULiège)
Full Text
See detailTemps linéaire – temps multiples. Réinterroger les temporalités d’une diplomatie.
Regibeau, Julien ULiege

Scientific conference (2016, April 26)

Detailed reference viewed: 16 (0 ULiège)
Full Text
See detailGuerrier de Dieu ou mercenaire dangereux et inutile ? Usages de la relation de guerre par l’internonce Bichi comme stratégie de déstabilisation du duc Charles IV de Lorraine (1645-1646).
Regibeau, Julien ULiege

Conference (2016, April 22)

Le 22 décembre 1645, l’internonce en poste à Bruxelles, Antonio Bichi, donne l’absolution à Charles IV de Lorraine. La sentence prononcée par l’envoyé pontifical doit mettre fin à plus de trois années de ... [more ▼]

Le 22 décembre 1645, l’internonce en poste à Bruxelles, Antonio Bichi, donne l’absolution à Charles IV de Lorraine. La sentence prononcée par l’envoyé pontifical doit mettre fin à plus de trois années de tensions qui font suite à la bulle d’excommunication fulminée par le pape Urbain VIII à l’encontre du duc. Pour le Saint-Siège l’enjeu diplomatique de ce geste est grand. Charles IV, duc de Lorraine et de Bar, est en effet un membre important du parti des dévots, hostile à Richelieu et à sa politique d’abaissement de la maison d’Autriche. Réfugié aux Pays-Bas espagnols depuis l’occupation de ses États par le cardinal, en 1634, il prend part aux dernières phases de la guerre de Trente Ans en mettant ses troupes au service des Habsbourg, aussi bien en France que dans l’Empire. Or, l’excommunication du duc a peu à peu créé des dissensions au sein du clergé et du gouvernement des Pays-Bas. L’irritation qui règne menacerait même la bonne conduite de la guerre menée contre la France et ses alliés protestants. Si, à première vue, la papauté ne prend pas une part active dans ce conflit, elle veille, à travers ses nonces, aux intérêts catholiques qui sont en jeu. À l’occasion de ma communication, je souhaiterais étudier en détails la politique de l’internonce Bichi durant les mois qui précèdent et qui suivent l’absolution de Charles IV. Je désire, pour ce faire, m’arrêter sur l’une des stratégies que le prélat met en place pour mener le duc à se conformer aux instances du Saint-Siège ; à savoir jeter le discrédit sur l’action militaire de celui-ci. La déconstruction systématique de l’image militaire du duc par l’internonce puise ses arguments dans une rhétorique humaniste, largement diffusée par Machiavel et Guichardin, pour bâtir l’image, à la fois archétypale et ancrée dans le présent de la guerre de Trente Ans, d’un condottiere dangereux et inutile, dont les Habsbourg devraient se prémunir. Prenant place au sein d’un arsenal de ressources variées (maîtrise de l’information, entreprise de désinformation, emploi de différents registres de discours, entretien de réseaux d’intérêts,…), cette stratégie dévoile son efficacité à partir du moment où elle est intériorisée par la Curie romaine et fournit un argument supplémentaire à cette dernière pour faire pression sur le gouverneur-général des Pays-Bas, le marquis de Castel Rodrigo. La représentation propagée par l’internonce peine cependant à masquer l’image, toute aussi efficace, de guerrier de Dieu que Charles IV, héritier des Guises et de l’idéologie de la croisade, convoque et entretient. Il ressort donc de la correspondance de l’internonce une représentation plurielle et ambivalente du duc-soldat ; paradoxe apparent qui reflète bien l’état de tension qui règne alors au sein de la cour de Bruxelles autour de Charles IV et de son excommunication. [less ▲]

Detailed reference viewed: 16 (1 ULiège)
See detailIntroduction au séminaire
Francois, Jeromine ULiege; Regibeau, Julien ULiege

Conference (2016, March 09)

Detailed reference viewed: 14 (1 ULiège)
Full Text
See detailLa paix de Westphalie (1648) : une rupture dans l’histoire diplomatique du Saint-Siège ? Confessionnalisation et médiation pontificale en question.
Regibeau, Julien ULiege

Conference (2015, July 04)

La signature des traités de Westphalie, en 1648, a longtemps été considérée comme une rupture nette dans l’histoire politico-religieuse. Elle aurait conduit à l’effondrement de la christianitas médiévale ... [more ▼]

La signature des traités de Westphalie, en 1648, a longtemps été considérée comme une rupture nette dans l’histoire politico-religieuse. Elle aurait conduit à l’effondrement de la christianitas médiévale et à la naissance de l’Europe des États modernes . Ce changement de paradigme supposerait l’échec à long terme de la politique du Saint-Siège. L’historiographie récente permet cependant de revoir cette double interprétation, montrant notamment que le rôle diplomatique joué par Rome lors des négociations en Westphalie est plus complexe. Le but de ma communication est de réévaluer la théorie qui voudrait que la paix de Westphalie soit une rupture pour l’histoire des relations internationales et, par voie de conséquence, pour la diplomatie pontificale. Premièrement, je mets en avant les critères qui poussent régulièrement les historiens à envisager cette paix comme une défaite de Rome. Cette première partie m’entraine ensuite à définir rapidement le concept de confessionnalisation des relations internationales et à montrer qu’il est aujourd’hui réinterrogé par la recherche. Ce concept fait de la lutte confessionnelle le principal facteur structurant les relations internationales entre 1550 et 1650. Or il semble aujourd’hui peu à même d’expliquer toute la diversité des discours et des pratiques qui apparaissent alors dans les correspondances diplomatiques, y compris celles des ambassadeurs du Saint-Siège. Dans un troisième temps, je me concentre plus spécifiquement sur la figure du pape comme padre comune des princes catholiques et donc médiateur de leurs conflits. Ce rôle mérite d’être appréhendé dans le détail de chaque négociation. L’étude de la médiation des nonces ordinaires à l’époque des congrès en Westphalie permettrait ainsi de proposer une nouvelle lecture du rôle joué par la papauté à l’occasion de cette paix. Cela permettrait également d’adjoindre, à la temporalité de la confessionnalisation, d’autres temporalités parallèles. [less ▲]

Detailed reference viewed: 61 (9 ULiège)