References of "Derwael, Stéphanie"
     in
Bookmark and Share    
Peer Reviewed
See detailAu coeur des débats. La diffusion des têtes végétalisées dans les décors de « IVe style »,
Derwael, Stéphanie ULg

in Actes du XIIe colloque de l'Association Internationale pour l’étude de la Peinture Murale Antique (in press)

L’utilisation de la Blattmaske dans les décors pariétaux peints se fait selon diverses modalités. Pour en comprendre pleinement le sens, il convient de considérer le motif dans son contexte ornemental et ... [more ▼]

L’utilisation de la Blattmaske dans les décors pariétaux peints se fait selon diverses modalités. Pour en comprendre pleinement le sens, il convient de considérer le motif dans son contexte ornemental et architectural. Il s’agit tout d’abord de préciser le mode d’insertion des « têtes végétalisées » dans le reste de la décoration de la paroi. Car s’il est vrai qu’elles peuvent faire l’objet d’un jeu formel, elles ne doivent pas pour autant être considérées comme de purs éléments décoratifs. La mise en série dans des bandes « ornementales », l’isolement dans un cadre, ou encore le positionnement stratégique à un endroit clef d’une composition, accordent en effet au motif différents niveaux de lecture. L’analyse conjointe du décor ambiant permet par ailleurs de préciser davantage l’interprétation de l’image. Les Blattmasken se voient effectivement associées à différents motifs, parmi lesquels les êtres hybrides, ou encore les scènes marines ou dionysiaques. Enfin, il convient de préciser le contexte architectural dans lequel le motif est employé, la portée du message véhiculé par le programme décoratif dépendant de la fonction de la pièce et du bâtiment. [less ▲]

Detailed reference viewed: 68 (2 ULg)
Peer Reviewed
See detailBlattmasken. Un motif iconographique mêlant frontalité et dynamisme végétal
Derwael, Stéphanie ULg

in Actes du colloque « Images Fixes/Images en mouvement » (in press)

Fixité et mouvement coexistent fréquemment dans l’imagerie antique. Les Blattmasken en sont la parfaite illustration, car ils se caractérisent à la fois par une frontalité presque exemplaire et par un ... [more ▼]

Fixité et mouvement coexistent fréquemment dans l’imagerie antique. Les Blattmasken en sont la parfaite illustration, car ils se caractérisent à la fois par une frontalité presque exemplaire et par un dynamisme végétal insufflé par les feuilles dont ils sont composés. Les quatre exemples choisis pour illustrer ce propos correspondent chacun à une formule particulière d’intégration des têtes végétalisées dans leur environnement immédiat. Celles-ci peuvent en effet être isolées de tout contexte végétal, intégrées dans un décor de rinceaux, ou encore structurellement liées à celui-ci en lui donnant naissance ou en émergeant de l’une de ses volutes. Cette forme de végétalisation de la figure humaine semble se rattacher à une hybridation plutôt qu’à une métamorphose. Cette fusion des règnes humain et végétal révèle une symbolique complexe qu’il conviendra de préciser. [less ▲]

Detailed reference viewed: 47 (1 ULg)
Peer Reviewed
See detailDes Blattmasken dans la Rome carolingienne. Entre remploi et imitation
Derwael, Stéphanie ULg

in Actes du IXe Congrès de l’Association des Cercles francophones d’Histoire et d’Archéologie de Belgique (in press)

La Blattmaske ou tête végétalisée est un motif romain apparu au Ier siècle apr. J.-C. Elle ne cessa d’être utilisée dans l’univers des formes , et donc de se renouveler. Mais il est un milieu qui ... [more ▼]

La Blattmaske ou tête végétalisée est un motif romain apparu au Ier siècle apr. J.-C. Elle ne cessa d’être utilisée dans l’univers des formes , et donc de se renouveler. Mais il est un milieu qui constitue un jalon important dans l’histoire de son utilisation : la Rome de l’époque carolingienne. Après une rupture de près de quatre siècles dans la mise en oeuvre italique du motif, le remploi de fragments du temple de Sol Invictus semble en effet être à l’origine d’un certain regain d’intérêt pour le sujet dans des églises romaines du IXe siècle. Bien qu’il ne soit pas toujours aisé de distinguer des originaux antiques spoliés, parfois retravaillés, de créations médiévales, l’examen des fragments et de leur contexte permet de préciser leur origine et leur signification. [less ▲]

Detailed reference viewed: 44 (2 ULg)
Peer Reviewed
See detailLes Blattmasken dans la mosaïque pariétale. Nymphées et bassins domestiques
Derwael, Stéphanie ULg

in Actes du XIIe colloque de l’Association Internationale pour l’Etude de la Mosaïque Antique (AIEMA) (in press)

Blattmasken belong to vegetalized human figures used in parietal decoration of nymphaei and domestic ponds. Their use depends on the process of iconographic forms’ transmission already highlighted between ... [more ▼]

Blattmasken belong to vegetalized human figures used in parietal decoration of nymphaei and domestic ponds. Their use depends on the process of iconographic forms’ transmission already highlighted between the parietal mosaic, the italic mural painting of Ist century a.C. and the African ground mosaic. This transfer is discussed in the light of two cases : the House of Neptune and Amphitrite at Herculanum and the House of the Nymphs at Neapolis. The study is based on their iconographical environments and on their typology. It highlights two different symbolic conceptions of the motive. [less ▲]

Detailed reference viewed: 45 (1 ULg)
See detailLa diffusion des Blattmasken dans le bassin Méditerranéen. Entre tradition et innovation
Derwael, Stéphanie ULg

in Actes du colloque "Colloque La diffusion des répertoires décoratifs en Méditerranée antique et médiévale" (2017)

Detailed reference viewed: 17 (0 ULg)
Full Text
See detailEntre traditions et innovations. La tête végétalisée dans les décors romains: origine, diffusion et signification d'un thème ornemental
Derwael, Stéphanie ULg

Doctoral thesis (2016)

La tête végétalisée est un témoin privilégié de la culture visuelle des Romains. Innovation de l’époque tardo-républicaine et proto-impériale, elle n’en demeure pas moins l’héritière du traitement formel ... [more ▼]

La tête végétalisée est un témoin privilégié de la culture visuelle des Romains. Innovation de l’époque tardo-républicaine et proto-impériale, elle n’en demeure pas moins l’héritière du traitement formel de figures telles que la Rankenfrau et le Rankengott et d’un symbolisme végétal séculaire. Elle évoque une nature naissante ou renaissante qui ne possède pas encore les frontières du cosmos ordonné, et fonctionne comme une épithète iconographique permettant de mettre en évidence un aspect particulier d’un personnage, tel le dieu Oceanus. L’étude des spécificités culturelles et des traditions iconographiques des différentes régions de l’Empire romain, couplée à la mise en série et à l’analyse contextualisée des documents, permet de mettre en évidence les formes de diffusion, de réception et d’appropriation de ce thème ornemental, de sa naissance à son assimilation par le monde chrétien. A côté de tendances relativement homogènes communes à l’Empire, se dessinent quelques courants particuliers, comme l’enrichissement nord-africain de la forme océanique, le renouveau oriental de la bordure à rinceau peuplé héritée de la tradition picturalisante hellénistique, ou « l’humanisation du végétal » gallo-germanique. Entre traditions et innovations, la tête végétalisée du monde romain développe des spécificités iconographiques pérennes qui lui confèrent une signification inhérente à toute forme d’hybridité végétale, tout en permettant à différentes visions du monde de s’exprimer en elle sans se dissoudre. [less ▲]

Detailed reference viewed: 51 (8 ULg)
See detailBlattmaske. Figure du rinceau peuplé dans les mosaïques d'Asie Mineure
Derwael, Stéphanie ULg

Scientific conference (2013, May 25)

Detailed reference viewed: 27 (2 ULg)
See detailL’Okeanos végétalisé. Elaboration d’un thème iconographique
Derwael, Stéphanie ULg

Scientific conference (2012, November 16)

L’important développement que connaît la figure du dieu Océan dans la littérature latine du Ier siècle apr. J.-C., est contemporain de l’émergence d’un nouveau type iconographique : l’Okeanos végétalisé ... [more ▼]

L’important développement que connaît la figure du dieu Océan dans la littérature latine du Ier siècle apr. J.-C., est contemporain de l’émergence d’un nouveau type iconographique : l’Okeanos végétalisé. Cette innovation romaine s’impose rapidement comme la formulation plastique de son rôle de divinité primordiale, pourvoyeuse de toute vie et garante de prospérité. Le motif connaît alors une longue postérité dans l’art romain, où son utilisation semble répondre à certains schémas codifiés. L’étude de son cheminement nous mènera à travers des supports aussi variés que la mosaïque, la sculpture ou encore la céramique, et permettra ainsi de mieux comprendre les différentes phases d’élaboration et de diffusion d’un thème iconographique, de sa naissance à sa dissolution. [less ▲]

Detailed reference viewed: 37 (0 ULg)